Nadia Baugré

Festival d'Automne à Paris x Saison Africa2020

Performance
-

Espace Cardin
1 Avenue Gabriel
75008 Paris
France

Quote

L’Homme rare

À travers un quintet exclusivement masculin, Nadia Beugré défie les assignations de genre comme le regard du spectateur. Empruntant ses formes à des danses urbaines qui redéfinissent les codes de la virilité, la chorégraphie se fait sensuelle, intense et critique, comme un hommage rendu à ces hommes d’exception.

Nadia Beugré a toujours abordé en creux les questions de genre dans son travail. Pour la première fois, cette interrogation se fait plus frontale. Dans L’Homme rare, elle met en scène cinq danseurs venus de différents horizons chorégraphiques dont elle interroge la masculinité, depuis les corps qu’on leur suppose jusqu’aux qualités de mouvements auxquels on les assigne. Pour les déconstruire, la chorégraphe procède à des opérations de renversement ou de neutralisation de ces codes genrés qui passe par un travail du bassin, des reins et des fessiers inspiré de certaines danses urbaines. Montés sur talons, n’apparaissant que de dos, les interprètes assouplissent et ondulent leurs corps pour réorienter le regard du spectateur qui, émancipé de ses filtres de lecture habituels, peut alors s’observer en train de voir. L’interrogation sur son voyeurisme s’ouvre alors à une réflexion plus large sur tous nos regards coupables. Réification des corps-marchandises ou supériorité usurpée de l’observateur sur l’exécutant, Nadia Beugré bat en brèche toutes les attitudes de domination qui œuvrent à travers l’exercice de l’œil. Sa dernière création met ainsi en évidence nos inconscients visuels, de ceux qui fondent le regard colonial ou le male gaze, pour mieux en contrarier les effets discriminants. Lieux d’expression des différences et des libertés individuelles, L’Homme rare offre enfin un contrepoint chorégraphique à l’idéologie du corps standard, idéalisé, prisonnier des normes sociales qui le formatent.

Conception et chorégraphie, Nadia Beugré
Avec Nadim Bahsoun, Daouda Keita, Marius Moguiba, Lucas Nicot, Tahi Vadel Gue
Lumières, Anthony Merlaud
Regard extérieur, Faustin Linyekula
Production Studios Kabako
Coproduction Kunstenfestivaldesarts (Bruxelles) ; Festival Montpellier Danse ; CCN2 – Centre Chorégraphique national de Grenoble ; Centre chorégraphique national d’Orléans ; Musée de la danse – Centre chorégraphique national de Rennes et de Bretagne ; BIT Teatergarasjen (Bergen) ; Kunstencentrum Vooruit (Gand) ; Théâtre de la Ville-Paris ; Festival d’Automne à Paris
Coréalisation Théâtre de la Ville-Paris ; Festival d’Automne à Paris
Avec le soutien de L’échangeur CDCN Hauts-de-France (accueil studio)
Avec le soutien de l’Adami
 

Dates de représentation : 
• Le 3 et 4 juin à 19h
au Théatre Point commun : Allée des Platanes 95 000 - Cergy Pontoise

• Les mercredi 16, jeudi 17, vendredi 18 juin à 20h
• Le samedi 19 juin à 18h30 et 21h
• Le dimanche 20 juin à 17h
au Théatre de la Ville - Espace Cardin

Carte blanche Indétachable - 19 et 20 juin 2021

Quatre femmes se saisissent de la scène pour prendre (faire ?) place, revendiquer, partager et déconstruire une féminité assignée à travers le vocabulaire et l’énergie du Roukasskass et du coupé-décalé, deux danses populaires ivoiriennes surtout pratiquées par les hommes.

De : Eric DjeDje GBADIE
Avec Monne Dorine Doua, Anoura Aya Labarest, Lou Irie Tomini, Eloi Hortence N’da.
Durée : 40 min

Participants au projet : Monne Dorine Doua, Anoura Aya Labarest, Lou Irie Tomini, N’Gnamien Christelle Ehoue

Dates de représentation : 
• Le samedi 19 juin à 16h
• Le dimanche 20 juin à 15h
au Théatre de la Ville - Espace Cardin

 

À propos de Nadia Baugré (Côte d'Ivoire)
Nadia Beugré est née en 1981, dans le quartier populaire d’Abodo, à Abidjan en Côte d’Ivoire. Elle fait ses premiers pas dans la danse au sein du Dante Théâtre où elle explore les danses traditionnelles de Côte d’Ivoire. En 1997, elle accompagne Béatrice Kombé dans la création de la compagnie Tché-Tché proposant une danse féministe à partir du répertoire traditionnel. Récompensée de plusieurs prix internationaux, la compagnie se produit et donne des ateliers dans de nombreux pays.
En 2008, elle crée le solo Un espace vide : Moi puis suit la formation Outillages chorégraphiques à l’École des Sables de Germaine Acogny au Sénégal. En 2009, elle intègre la formation artistique ex.e.r.ce au Centre chorégraphique national de Montpellier sous la direction de Mathilde Monnier. C’est à ce moment qu’elle commence à travailler sur son solo Quartiers libres où elle évoque en filigrane la guerre civile dans son pays. Nadia Beugré crée en 2015 sa première pièce de groupe, Legacy, au Festival La Bâtie de Genève.
Sa création 2017, Tapis Rouge, inspirée de la forme courte présentée en 2014 aux Sujets à vif du Festival d’Avignon, est présentée au Festival Montpellier Danse et tend à évoquer tout ce qui se cache dans de nombreux pays d’Afrique.
Elle crée Roukasskass Club en 2018. En parallèle, Nadia Beugré collabore avec différents créateurs comme Seydou Boro, Alain Buffard, Dorothée Munyaneza, Boris Charmatz, Bernardo Montet et Faustin Linyekula. Elle est artiste associée au Vooruit de Gand – Belgique jusqu’en 2021.

À propos du Festival d'Automne à Paris
Pluridisciplinaire, international et nomade, le Festival d’Automne à Paris, depuis 1972, accompagne les artistes en produisant et diffusant leurs œuvres, dans un esprit de fidélité, d’ouverture et de découverte. Chaque année, de septembre à décembre, il propose près de 50 manifestations et réuni autour 250 000 spectateurs.

Opening hours

La jauge est très limitée – 60 spectateurs par représentation

Sponsored by

  • République Française
  • Institut Français
  • Agence Française de développement
  • Conseil présidentiel pour l'Afrique