FdM2021-RVB-paysage © Photo Léa Magnien et Quentin Chantrel

FESTIVAL DE MARSEILLE

Performance
-

Marseille
2 Place Henri Verneuil
13002 Marseille
France

Séance de courts-métrages

Mercredi 16 juin à 20h00

  • Lieu : Vidéodrome 2
  • Durée : 70'
  • Tarif : 5 €

Une séance de quatre courts-métrages faisant partie de la sélection Aflam, une sélection en écho à la programmation du Festival imaginée par l'association Aflam et le Festival de Marseille dans le cadre de la SaisonAfrica2020 en conversation avec la danseuse et chorégraphe Selma Ouissi et le cinéaste Tamer El Said.

Participants :

Ico Costa (Mozambique, Portugal), Fakhri El Ghezal (Tunisie), Ahmed El Ghoneimy (Egypte), Kawthar Younis (Egypte)

Fathallah TV - 10 ans et une révolution plus tard

Mercredi 23 juin à 21h00

  • Lieu : L'Alhambra cinémarseille
  • Durée : 80'
  • Tarif : 6 € et 4 €

Quatre destins de jeunes, un quartier, une décennie, nous embarquent dans un voyage fait d’allers-retours entre deux époques : 2007-2017. Aux images clandestines de la vie sous la dictature succèdent l’engouement puis la déception d’une révolution dévoyée. Grâce aux liens d’amour et d’amitié qui l’unissent à ses personnages, la réalisatrice dresse le portrait à vif de sa génération.

Auteur :  Wided Zoghlami (Tunisie)

Suash

Du Jeudi 24 juin à 19h au Vendredi 25 juin à 19h

  • Lieux : Théâtre des Bernardines
  • Durée : 30' 
  • Tarifs : 10 € (mons de 12 ans 5 €)

Stratégie, répétition, structure : le court de squash comme écrin permet aux danseuses de se confronter aux contraintes d’un espace mesuré, de les détourner, voire d’en jouer. De leur immersion volontaire dans ce sport aux règles strictes naît une cartographie plastique et visuelle, une chorégraphie qui « satisfait » la grille et la glorifie. Une performance codifiée qui, par leurs mouvements et leur énergie, dépasse les cadres spatiaux imposés et épuise l’espace jusqu’à le détruire… Suash est la première création de ces artistes qui participent du renouveau de la scène égyptienne.

Auteur : Nasa4nasa (Égypte)

De Marseille au Caire - Carte blanche à Tamer El Saïd

Du  Samedi 26 juin au  Dimanche 27 juin

  • Théâtre des Bernardines

Considéré comme l’un des artistes les plus prometteurs du cinéma égyptien indépendant, Tamer El Said présentera un programme de de cinéma égyptien et tunisien sélectionné en partenariat avec Aflam (Rencontres du Cinéma du monde arabe) et en conversation avec Selma Ouissi et animera une masterclasse autour du rôle de l’image. Au programme également, la projection de son film, Les Derniers Jours d’une ville, œuvre majeure du cinéma arabe de la dernière décennie, qui conte la difficulté d’être artiste dans un pays en suspens.

Projection du film Les derniers jours d'une ville : 2009, Khalid filme l’âme de sa ville, Le Caire, et celle de ses habitants, leurs visages et leurs espoirs. Quand la ville s’embrase, dans les prémices d’une révolution, les images deviennent son combat. Les images du Caire, mais aussi celles de Beyrouth, de Bagdad et de Berlin, que lui envoient ses amis. Comment trouver la force de continuer à vivre la douloureuse beauté des « derniers jours d’une ville » ?

Auteur :  Tamer El Saïd (Égypte)

Poisonous Roses

Samedi 26 juin à 18h00

  • Lieu : La Baleine
  • Durée : 70'
  • Tarif et réservation auprès du cinéma

Taheya ne vit que pour la réussite de son frère Saqr. Quand celui-ci décide de quitter le foyer familial, elle est prête à tout pour le récupérer... Le réalisateur porte un regard quasi documentaire sur un quartier du Caire où l’activité des tanneries et leurs exhalaisons imprègnent le quotidien des habitant.e.s.

​Auteur :  Ahmed Fawzi Saleh (Egypte)

 

Time and Space : the Marrabenta Solos

Mardi 29 juin et  Mercredi 30 juin à 22h00

  • Lieu : Centre de la Vieille Charité
  • Durée : 60'
  • Tarif : 10 € (Moins de 12 ans 5 €)

Fondateur du premier centre de danse contemporaine de son pays, Panaibra Gabriel Canda revisite l’histoire de son peuple dans une performance construite comme une succession d’interrogations existentielles. Comment mieux se connaître ? Comment utiliser son héritage ? Comment transcender son propre vécu ? Autant de solos où il se fait tour à tour conteur, danseur et soldat au pas martial, danseur tribal. Autant de figures composées et recomposées pour construire, déconstruire et reconstruire une identité morcelée partagée entre le passé colonial, la période socialiste, une guerre civile et ce qu’il appelle « une indépendance négociée ». Cette pièce emblématique de son répertoire ne desserre jamais son étreinte, portée par la puissance de son écriture et l’énergie de la Marrabenta, cette musique urbaine populaire née dans les années 1950 d’un mélange d’influences locales et européennes.

Auteur :  Panaibra Gabriel Canda (Mozambique)

Sept Mouvements Congo

Du 30 juin au 1er juillet à 19h00

  • Lieu : Théâtre La Criée
  • Durée : 160'
  • Tarif : 10 €

Pour Michael Disanka, comédien, metteur en scène et auteur, « écrire, c’est photographier l’instant avec des mots ». C’est faire de chaque expérience particulière d’une vie, la sienne. Aussi fait-il résonner dans son théâtre documentaire l’histoire de milliers d’êtres humains privés de parole depuis que la nuit a enfanté le Congo… Structurée en sept mouvements, la pièce raconte en plusieurs langues* l’intime et le collectif, l’espoir et les déchirements, l’expression d’une rage latente et l’explosion d’une colère (trop) longtemps contenue. Jusqu’au dernier mouvement libératoire qui permet de se maintenir en vie.

* Lingala, français, kikongo, swahili.

Auteur :  Michael Disanka (RDC)

 

Nous serons tous dévorés par le feu

26 et 27  août à 17h00 

  • Lieu : Théâtre Joliette
  • Durée : 60'
  • Tarif : 10 € (Moins de 12 ans 5 €)

La place de la femme, la place de la différence et la place des artistes dans la société tunisienne scellent l’union du chorégraphe Radhouane El Meddeb, de la danseuse Malek Sebaï et du musicien Selim Arjoun. Comment évoquer le personnage transgressif de Habiba M’sika, artiste juive tunisienne, brûlée vive par son amant en 1930, si ce n’est en interrogeant son histoire ? Si ce n’est en dansant un hymne d’amour comme une ultime expérience vitale pour ne pas sombrer dans l’oubli, en créant un solo qui touche à l’intime et au collectif ou encore en cherchant dans son existence ce qui fait écho dans la société actuelle ?… Qui était-elle ? Qui sommes-nous ? Serons-nous à nouveau dévoré.e.s par le feu ?

Participants :  Radhouane El Meddeb & Malek Sebaï (Tunisie)

Azu Tiwaline et Cinna Peyghamy

Vendredi 2 juillet à 19h45

  • Lieu : Friche la Belle de Mai
  • Durée : 60'
  • Tarif : entrée libre

Échappées belles dans les dunes du Sud tunisien au son des mix hallucinants d’Azu Tiwaline et Cinna Peyghamy puisés dans leurs origines, enracinées respectivement au Sahara et en Iran. Un trip percussif et magnétique aux confins de leurs univers artistiques scellés par la même passion.

Participantes :  Azu Tiwaline et Cinna Peyghamy (Tunisie, France)

Babylon

Dimanche 4 juillet à 18h00

  • Lieu : La Baleine
  • Durée : 120'
  • Tarif et réservation auprès du cinéma

Au printemps 2011, fuyant les combats qui s’intensifient en Libye entre les révolutionnaires et les troupes loyalistes de Kadhafi, plus d’un million de réfugié.e.s, de toutes nationalités et d’autant de langues, affluent au sud de la Tunisie. Les réalisateurs filment l’installation puis le démantèlement d’une ville, Babel éphémère où cohabitent un temps puis vont se disperser des hommes et des femmes en route vers un destin inconnu. Sans sous-titre ni commentaire, le film impose le ressenti de l’exode.

Participants : Ismaël Chebbi, Youssef Chebbi, Ala Eddine Slim (Tunisie)

Sortilège (Tlamess)

Dimanche 4 juillet à 21h00

  • Lieu : La Baleine
  • Durée : 120'
  • Tarif et réservation auprès du cinéma

Un soldat en mission dans le désert tunisien obtient une permission après le décès de sa mère. Il ne reviendra jamais à la caserne. Une jeune femme qui vient de s’installer dans une luxueuse villa avec son mari apprend qu’elle est enceinte. Un jour, elle part se promener seule dans la forêt. Elle ne reviendra jamais. Deux personnages, deux êtres anonymes que tout sépare, vont se rencontrer.

Auteur :  Ala Eddine Slim (Tunisie, France)

وجدان WAJDAN

Lundi 5 juillet à 18h30

  • Lieu : Théâtre des Bernardines
  • Durée : 90'
  • Tarif : 5 €

Les recherches de Selma et Sofiane Ouissi s’orientent toujours autour de la condition humaine et de ce qui anime les relations au quotidien. Sur commande du Guggenheim Abu Dhabi, le duo tunisien a pour le projet Wajdan dirigé à distance cinq femmes artistes. Filmées chez elles par leur téléphone portable, elles répondent à la voix de Wajdan, réfugiée politique syrienne vivant en France et dont le récit faisait partie du projet Le Moindre Geste présenté par Selma et Sofiane Ouissi en 2019 au Festival. Une vidéo expérimentale pleine d’humanité, qui interroge les rapports sociaux et la place des artistes en temps de crise.

Participants :  Selma et Sofiane Ouissi (Tunisie, France)

Borderlines

Vernissage : Mardi 6 juillet et Mercredi 7 juillet à 20h00

  • Lieu : Théâtre Joliette
  • Durée : 60'
  • Tarif : 10 € (Moins de 12 ans 5 €)

Seize années de guerre civile ont eu raison des mots à l’heure de l’oppression, de l’injustice et du pouvoir des édiles régnant en maîtres. Sur scène, le chorégraphe emblématique de Maputo fait raconter par les corps et les sons les mouvements chaotiques de son pays et les fractures au sein de la société. Les personnages dansent contre les préjugés liés à l’origine, au genre, à la foi et la religion. Jouant sur la répétition, l’accumulation des humiliations, des rejets, des coups, Panaibra Gabriel Canda ne relâche jamais la tension. Dans cette recherche partagée d’un équilibre intime dans les relations entre « soi » et l’« autre », il aura fallu regarder les démons en face.

Auteur :  Panaibra Gabriel Canda (Mozambique)

À propos des partenaires africains  : 

TUNIS : Selma Ouissi, Danseuse et chorégraphe Tunisienne directrice de l'association L'Art Rue, centrée sur le développement artistique dans la médina de Tunis. 

 MAPUTO : Panaibra Gabriel Canda, est un danseur et chorégraphe mozambicain. Il a fondé la première compagnie de danse contemporaine au Mozambique. Il dirige la structure Culturarte, probablement le seul lieu de production de la danse contemporaine au Mozambique.

 LE CAIRE : Tarik Tamer El Said est un cinéaste, écrivain et producteur égyptien indépendant. Il a créé un centre de cinéma alternatif qui vise à offrir des services et des espaces pour aider à développer et incuber le mouvement cinématographique indépendant au Caire.

À propos du  FESTIVAL DE MARSEILLE :

Le Festival de Marseille mélange les genres et les cultures. Spectacles de danse, théâtre, concerts, installations, performances, cinéma et rencontres sont au programme de son tempsn fort estival qui se déploie dans la ville : 3 semaines de rencontres et d’échanges autour d’œuvres d’artistes engagés, où se croisent et s’interrogent des cheminements artistiques et des visions du monde. Le Festival rassemble publics et artistes d’ailleurs et d’ici et joue avec la ville dans sa pluralité et sa diversité. Hybride, festif, voyageur, le Festival de Marseille se vit au rythme et à l’image de la ville.

Opening hours

Le Festival de Marseille se déroule en deux temps : du 17 juin au 11 juillet puis du 24 au 29 août.

Sponsored by

  • République Française
  • Institut Français
  • Agence Française de développement
  • Conseil présidentiel pour l'Afrique